Retour à la page d'accueil


Interview – Bruce Lepper
Bruce Lepper était directeur de publication du magazine Amiga News.

Cette interview réalisée par David Brunet est parue dans l'e-zine Obligement n°15 (mai 1999). Elle est reproduite avec l'aimable autorisation des deux parties.

Bonjour, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m'appelle Bruce Lepper, je suis journaliste et j'ai 57 ans.

Quelle(s) configuration(s) Amiga as-tu ?

Amiga 3000 avec Cyberstorm II 68040-40MHz, 24 Mo de RAM (je crois), ROM 3.1, carte graphique Cybervision, CD Apple 2x SCSI, lecteur Zip SCSI, et un ENORME vieux moniteur de station UNIX des années '80 (comme le 3000, d'ailleurs) de marque Computervision qui me permet de surfer, brouter et skier en toute gloire sur Internet et d'écrire en Times 18 dans mon traitement de texte. Le Nec plus ultra, quoi, et ce n'est pas une plaisanterie !
J'ai aussi deux Quantum SCSI Fireball identiques de 1 Go chacun, le deuxième étant un miroir du premier. Je fais mes back-ups sans peine en glissant les icônes du premier sur les icônes du deuxième. Ca fait un peu "nouveau riche", je l'admets, mais comme je faisais le journal tous les mois sur cette machine (sauf la mise en page, qui était faite sur un 4000 avec '60), il fallait avoir un bon système de back-up. La chose la plus étonnante est que je n'ai jamais dû m'en servir ! Jamais de perte du système, ni des données, et ça depuis dix ans.

Quand et dans quelles circonstances a débuté l'aventure Amiga News ?

Mon fils, qui avait huit ans à l'époque, m'a introduit au monde de l'informatique en me présentant le Vic 20 de son voisin. Il a trente ans maintenant, alors... c'était il y a 22 ans ! A partir de ce moment-là j'ai suivi, haletant, les sorties de machines, les unes après les autres. Je me suis acheté un Spectrum 48k, puis un Amstrad 464, puis un Amstrad 6128...
J'ai découvert le projet Amiga en lisant des journaux informatiques aux USA. J'ai trouvé ça vraiment plein de promesses. Mais il a fallu attendre la sortie de l'Amiga 500 pour pouvoir me payer un Amiga chez Crazy Eddy à Bordeaux fin 1987. En Dordogne, j'avais un copain journaliste qui venait d'acheter une petite imprimerie à Eymet. Il me demandait de créer une publication pour faire travailler son imprimerie. J'ai tout de suite pensé à un journal pour l'Amiga, car il n'y en avait pas. Amiga News était né.

Pourquoi avoir choisi l'Amiga à cette époque ? Es-tu tenté par d'autres machines ou O.S. actuellement ?

A l'époque, j'ai choisi l'Amiga 500 pour le multitâche, la couleur, le son, le prix raisonnable, et surtout pour ses possibilités d'avenir. Je ne me suis pas trompé, car je m'en sers toujours, et le plaisir d'utilisation a cru chaque année avec l'avance des technologies. Je serais sans doute tenté par un Amiga NG. Sinon, je n'ai rien vu de mieux comme ordinateur personnel, non. Il est évident que pour des raisons de compatibilité avec des standards, etc., il est urgent de sortir une nouvelle génération d'Amiga. Mais la philosophie de base – un système ultra-léger, ultra-configurable, et surtout COMPREHENSIBLE pour l'utilisateur – est toujours aussi géniale.

Quelles sont tes activités amigaistes depuis l'arrêt d'Amiga News en été 1998 ?

Le remboursement des abonnés a pris un certain temps, et la fermeture de la société, la cession du nom et des droits à la société ANG, etc., n'est pas encore terminée. En dehors de ces activités-là, je rencontre les amigaistes de Toulouse au club de Montaudran tous les deux mois (et pas seulement de Toulouse, car de nos jours il y a une communauté nationale qui se déplace assez loin pour les rencontres), ce qui est très agréable.

Maintenant c'est officiel, Amiga News va repartir cet été. Quel rôle vas-tu jouer dans cette nouvelle formule ?

Je voudrais aider Thierry et son équipe quand je pourrais, mais je n'ai pas de fonction officielle. Franchement, après dix ans de journal, et des bouclages infernaux mois après mois, j'ai besoin de mettre un peu de distance entre moi-même et le monde de l'édition.

Comment vois-tu le futur de l'Amiga ?

Comme je l'ai dit en réponse à la 4e question, j'espère qu'un Amiga NG sortira, et chaque mois qui passe semble confirmer que ce sera bien le cas. L'architecte qui dirige les travaux, Allan Havemose, était l'architecte de l'AmigaOS 3.1, alors on peut espérer qu'il va créer un système digne du passé Amiga.

Un dernier mot ?

Oui, bien sur, je voudrais saluer les nombreux lecteurs qui ont suivi le journal en même temps que moi, depuis des années, au travers de tant d'événements passionnants, leur dire combien j'ai aimé ce travail, et les remercier pour leur participation. Enfin, dire comme je suis heureux de penser que l'aventure Amiga n'est pas encore terminée. Ce n'est pas mon style de créer une mythologie sentimentale autour d'une machine, mais ce serait quand même plaisant de voir la revanche de David contre Goliath !

 
(c) 1998-2017, . Toutes les revues, marques et images
présentées sur ce site sont la propriété de leurs détenteurs respectifs.

Notre porte-feuille de noms de domaine